La minceur : Miroir aux alouettes ou poule aux œufs d’or ?

Esthetique tendance dossier minceur

Esthetique tendance dossier minceur

Selon les plus récentes statistiques, une femme sur trois et un homme sur quatre souhaitent perdre du poids. La minceur : Miroir aux alouettes ou poule aux œufs d’or ?

Marché de la minceur

Une étude de la Sofres pour Le Quotidien du Médecin est arrivée à la conclusion que le marché de la minceur en France rapporte aujourd’hui 1,52 milliards d’euros chaque année.

Si, par exemple, entre 10 et 12% de Françaises seulement ont recours aux instituts esthétiques pour perdre du poids, un nombre beaucoup plus important d’entre elles s’orientent vers les produits de soin pour amincissement, les régimes et diètes de toutes sortes. Il faut dire que le choix des sources d’informations (et de publicités…) ne manque pas : livres, émissions télé et radio, magazines papier et « webzines », forum et sites spécialisés.

Dans notre société, où la vie est devenue trop sédentaire et le stress de plus en plus généralisé, les repas (souvent trop riches en gras, en sucre et en sel) pris à la sauvette font désormais partie du quotidien de bien des gens. D’où la prévision que le marché de la minceur semble promis à un bel avenir.

Esthétique Tendance marché minceur amincissement amaigrissement

Dans nos instituts, savons-nous apporter les réponses adéquates à nos clientes ?

La multitude d’offres de nos fournisseurs, tant en appareils révolutionnaires qu’en produits à la vente, nous fait tourner la tête et nous ne savons pas quelle offre est la meilleure. Or ces appareils peuvent coûter très cher et mettre à mal notre trésorerie.

La minceur est-elle donc un gouffre financier en terme d’investissement, ou bien l’une des clés pour asseoir sa compétence auprès de ses clientes afin de développer une activité qui rentabilisera de manière pérenne nos instituts ? Donc miroir aux alouettes ou poule aux œufs d’or pour nos centres d’esthétique ?

Amincissement ou amaigrissement ?

Il convient de bien faire la différence entre ces deux termes car ils sont souvent confondus dans la tête de nos clientes (et clients, je parle au féminin car 99% des clients minceurs sont des femmes, mais vous aurez aussi quelques hommes). Or ce n’est strictement pas la même chose. Il est important de bien connaître la différence, de la faire comprendre à nos clientes pour ne pas promettre la lune et les étoiles et ainsi les décevoir.

Bien souvent, quand nous recevons nos clientes, même celles qui ne sont pas en surpoids, elles nous parlent de leur mal-être, de leur inconfort vis-à-vis de leur corps : de cette sensation de ne pas rentrer dans les vêtements qu’elles souhaitent, de ne pas être comme sur les magazines, de ne pas s’aimer tout simplement. Du coup, elles en concluent qu’il faut qu’elles perdent du poids.

Pourtant, ce n’est pas une question de poids, mais c’est une question de forme, de tonicité, de qualité de peau ! On peut faire le même poids, voire un peu plus si on se met au sport, et si notre corps est galbé, tonique, l’impression ne sera pas du tout la même. Voilà pourquoi il convient de bien faire la différence entre mincir et maigrir ! Et c’est à nous, esthéticiennes, d’apporter cette information ou cette précision auprès de nos clientes pour leur apporter du bien-être et une bienveillance auprès d’elles-mêmes.

L’amaigrissement

Un amaigrissement est une perte de poids. Il témoigne d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Il peut être volontaire, dans un but esthétique ou thérapeutique, ou involontaire, pouvant alors révéler certaines maladies organiques évolutives, ou des troubles du comportement alimentaire.

Maigrir, c’est dépenser plus de calories que nous en apportons quotidiennement à notre corps. Donc c’est par ce que nous mangeons que nous pouvons avoir une action sur notre poids. Bref deux solutions :

– Soit nous mangeons moins que ce que nous avons besoin pour faire notre journée. Donc le corps va aller puiser dans nos réserves de graisses pour transformer celles-ci en énergie dont le corps a besoin.

– Soit nous ne voulons pas nous restreindre à manger moins caloriquement et en moins grande quantité, et nous allons nous dépenser plus, pour augmenter les dépenses énergétiques du corps.

En conclusion, pour maigrir, il faut soit manger moins, soit faire plus de sport.

Par contre, cela n’aura aucune incidence sur la localisation de la perte des graisses (sauf au niveau du ventre, si nous faisons 15 milliards d’abdos). Mais pour la qualité de peau, aucun résultat de ce côté-là.

L’amincissement

Un amincissement est une diminution d’épaisseur.

Notre travail à nous esthéticiennes, est de faire mincir la personne. Il faut être très clair sur le fait qu’on va faire perdre des centimètres, agir sur l’aspect de la peau. Mais qu’on n’aura pas d’actions sur la perte de poids de la cliente.  Mincir n’est pas perdre du poids. Mincir, c’est perdre des centimètres à poids constant. C’est tonifier la peau, la rendre plus ferme, plus douce, plus belle. En gros, c’est tout ce que les clientes ne peuvent pas faire seules.

Combien de fois ais-je entendu une cliente me dire : « avec ce régime, j’ai bien perdu, mais pas du tout d’où je voulais ! J’ai perdu des seins, du ventre mais c’était ma culotte de cheval que je voulais voir disparaître » ou bien encore « j’ai plus du tout de cuisses, mais regardez mon ventre, il a à peine dégonflé ! »

En gros, les cellules graisseuses, les adipocytes, vont s’alléger. Mais ne vont pas perdre le volume qu’elles ont gagné. La nature a horreur du vide. Elles peuvent grossir jusqu’à 40 fois leur taille et prolifèrent de manière éhontée.

Or bien souvent ce qui pose problème, ce n’est pas le poids.

Même si les clientes veulent toujours faire moins (au point de risquer d’être malade ou fatiguée), mais plutôt la silhouette, le petit bidon ou la culotte de cheval qui dépasse de leurs vêtements ou qui les font paraître boudinées.

La solution n’est pas de s’affamer mais de faire des actions localisées sur ces adipocytes qui ont proliféré à des endroits qui ne leur conviennent pas. Et là, entre en jeu tout notre professionnalisme. Je le dis souvent, la cellule graisseuse est comme une boule d’aluminium. Elle est ronde, d’un certain volume, d’un certain poids. Mais si nous la comprimons, nous pouvons la lisser, la diminuer et pourtant si nous la pesons, elle fera toujours le même poids. Voilà tout le travail que nous pouvons faire dessus et apporter de vraies solutions à nos clientes.

Esthétique Tendance bilan minceur

Des solutions existent.

Nous esthéticiennes, nous pouvons aider nos clientes à se sentir mieux dans leur corps, sans pour autant culpabiliser au moment où elles montent sur la balance. De nombreuses techniques existent sur le marché et des solutions concrètes peuvent résoudre tous les types de cellulite. Par contre, quel choix dans les appareils et techniques pouvons-nous  proposer et quels produits conseiller ?

Chacun dira qu’il sera mieux que l’autre fournisseur. Avant de vous engager à choisir telle ou telle technique, il convient de l’essayer car tout comme votre marque de cosmétique, vous avez mis du temps pour la choisir et vous l’avez testé. C’est important de faire de même avec les appareils minceurs.

Je dirai que beaucoup d’appareils sont bons et ont des bons résultats mais il faut les utiliser à bon escient.

Deux grandes familles d’appareils.

La famille des techniques d’agression et la famille des techniques d’accompagnement. Je vous invite à aller aux salons d’esthétique qui réunissent divers fournisseurs qui présentent leur matériel et vous pourrez essayer.

L’idéal est d’avoir un de chaque pour pouvoir proposer toutes les solutions adéquates pour tous les types de cellulites.

Esthétique Tendance bilan minceur-2

L’importance de la formation.

Si vous voulez vous lancer dans l’amincissement pour redonner un peu de moral à vos clientes, attention, investir dans une machine ne suffit pas. Les fournisseurs vont vous former à leur technique, mais pas à la connaissance théorique de tout le reste. Il convient d’avoir une vision globale de votre cliente. C’est en apprenant à faire un bon bilan, à poser les bonnes questions, à définir correctement le type de peau, de cellulite que vous apporterez la solution la plus adaptée à vos clientes. Développons la vision du côté holistique de la personne. N’hésitez pas à vous former aussi à cet outil incontournable qu’est le Bilan Minceur Personnalisé. Il convient d’apprendre à définir le morphotype de sa cliente, le type de cellulite, son mode de vie qui peut avoir une nette incidence sur la prise de poids et sur les graisses localisées. En un mot, faites de la personnalisation. Adaptez-vous à votre cliente. Rendez-la unique et traitez son problème, son complexe de façon à ce qu’elle se sente complètement prise en charge.

On ne fait pas de la minceur comme on lance une nouvelle cire. Cela s’apprend et cela ne s’improvise pas.

Esthétique Tendance miroir aux alouettes ou poule aux d'or

La minceur : boosteur de votre chiffre d’affaire et du capital confiance de votre institut.

Quand la minceur est faite dans ce cadre-là, alors ce domaine devient un boosteur de votre chiffre d’affaires et augmente le capital confiance de votre institut.

Je m’explique, quand vous prenez en compte votre cliente dans sa globalité, dans son être tout entier. Elle se sent écoutée, comprise. Or, comme je vous le disais en introduction, le problème de départ est plus souvent un problème d’estime de soi que de surpoids : elle n’aime pas l’image que lui renvoie le miroir. Donc, après avoir fait la bonne cure, avec le bon nombre de séances, vous arriverez à lui rendre le sourire, à faire qu’elle remette les vêtements qu’elle aime, qu’elle se sente belle tout simplement. Non seulement vous aurez dopé votre chiffre d’affaires, mais vous allez gagner en capital confiance. Une cliente à qui vous rendez le sourire, vous écoutera pour d’autres soins, parlera de votre institut à toutes ses copines. Ce sont les clientes les plus fidèles et qui écoutent le plus vos conseils.

Esthetique tendance Bilan minceur

Conclusion

Donc oui la minceur peut être une poule aux œufs d’or pour votre institut mais à plusieurs conditions :

  • Que vous soyez formée à la minceur et que vous développiez votre compétence sur ce sujet.
  • Que vous preniez les bons matériels pour votre clientèle (qui vous est propre comme chacun sait)
  • Que vous aimiez la minceur car faire des soins minceur c’est donner de soi-même car on s’engage à avoir un résultat auprès de la cliente.
  • Que vous aimiez vous occuper de vos clientes car plus qu’une prestation, vous vous engagez sur un coaching avec votre cliene qui aura des baisses de motivation et vous êtes là pour l’accompagner sur son plus dur chemin, celui de la reconquête de l’amour de soi-même.

Florence Ansar.

NEWSLETTER

N’hésitez pas à  vous inscrire avec votre adresse email pour être informé des nouveaux articles.

3 Comments

  1. claire margueret dit :

    Très bel article ! bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.